Bachant est la 3463ème ville au classement des communes de France ayant le plus d'habitants. La mairie de Bachant.

La ville de Bachant avait une population de 2 392 habitants au recensement de 2012.

 Code INSEE : 59041
 Ancienne(s) dénomination(s) de la ville : Bachaut
 Code postal : 59138

 

Communes limitrophes de Bachant

Pont-sur-Sambre   Saint-Rémy-du-Nord
Aulnoye-Aymeries Bachant Limont-Fontaine
  Saint-Rémy-Chaussée Écuélin

 Bachant est située dans le Bassin de la Sambre à proximité de la ville d'Aulnoye-Aymeries à environ 14 km au sud de Maubeuge.

 

Armes de Bachant

Les armes de Bachant se blasonnent ainsi :

« De gueules au chevron d'or, accompagné de trois trèfles d'argent. »

 

Bachant doit son origine à Estrées (Strata), qui, au XIIe siècle, était une localité assez importante, puisque ce hameau, en 1186, comptait comme paroisse du décanat d'Avesnes, et que son église conserva Bachant comme annexe jusqu'au XVIIIe siècle.
La seigneurie de Bachant dépendit d'abord de celle de Berlaimont; elle fut ensuite cédée aux seigneurs de la Puissance, dont les familles Masselot, du Buisson et Dumont de Gages furent propriétaires.
Avant la révolution, Bachant faisait partie de la prévôté de Maubeuge. D'après une ancienne fondation, le revenu d'une petite prairie, dite Pré à pains blancs, était consacré à distribuer des petits pains blancs aux habitants de la commune.
Bachant a une population de 674 habitans, dont 115 indigens et 46 mendians.
La superficie totale de son territoire est de 927 hectares, dont 754 en terres labourables, 92 en prés, 8 en vergers, 24 en bois, 2 en carrières, 1 en terrains incultes, 4 en contenance de propriétés bâties, 36 en routes et chemins, et 6 en rivières et ruisseaux.
La culture ordinaire de cette commune est le froment, le méteil, le seigle, l'orge, l'épeautre, les féveroles, les vesces, l'avoine, le lin, le colza, les pois et les pommes de terre. Sa culture principale est le froment.
Son industrie a pour objet l'exploitation de carrières de marbre et de pierres à bâtir. Les carrières de marbre sont au nombre de quatre; elles produisent des variétés de marbre de Ste.-Anne. Les blocs y sont considérables et sont réduits, pour le transport et le sciage, en fragmens d'un mètre cube.

Église Saint-Géry et son clocher incliné dont la structure a été renforcée en 1993. L'édifice est ancien : 1718 selon les uns, 1723 si l'on se fie à une plaque apposée sur l'un des murs. Remaniée au XVIIIème siècle, la flèche est de 1831, et les dalles funéraires sont des XVème et XVIIème siècles.

Source : Insee, villesetvillagesdelavesnois.org, wikipédia.

 

BACHANT PENDANT LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE

Petit rappel......

le 3 septembre 1939, la France et l'Angleterre déclarent la guerre au 3ème Reich pour protester l'invasion de la Pologne.
Pendant plusieurs mois, rien ne se passe. C'est ce qu'on appelle «la drôle de guerre».
Le 10 mai 1940, l'Allemagne attaque la Belgique, les Pays Bas et le Luxembourg.
Le 13 mai, les forces Allemandes sont à la frontière Française. Il reste un peu de soldats dans les fortins (blockhaus), ils ont été envoyés sur le front en Belgique. La c'est «la guerre éclair».
En 3 semaines, le Nord-Pas-de-Calais est envahi (Lille est pris le 31 mais). Les forces Allemandes progressent jusque Paris: le 14 juin, les Allemands sont sur les Champs Elysées.
Le 18 juin 1940, Charles de Gaulle lance son appel pour que la France continue la lutte.
Le 22 juin 1940, la France signe l'armistice et admet la défaite.
Le Nord-Pas-de-Calais est placé sous le commandant Militaire Allemand de Bruxelles dès le 15 juin 1940.
Contrairement au reste de la zone occupée qui dépend de Paris, et à la zone dite libre qui dépend du régime de Vichy et du Maréchal Pétain.
Les frontières intérieures évoluent avec le temps, à l'avantage de l'occupant jusque 1944.


L'occupation
Bachant, tout comme le reste de la région est occupée. Les soldats Allemands, sous le commandement de la Kommandature d'Aulnoye, gèrent la vie des habitants.
La vie très difficile, l'approvisionnement des populations réduit au minimum: le rationnement.
Ce n'est que privation et chacun se débrouille comme il peut.
Le dépôt et toutes les installations SNCF, toutes les usines sont sous l'autorité des Allemands. On trouve même des cheminots Allemands qui contrôlent les cheminots français. Certains habitants les appelent les doriphores, parce qu'ils sont habillés de noir et des gants jaunes.
En 1944, les Alliés Anglais et Américains bombardent le Nord-Pas-de-Calais pour déloger l'occupant.

Bombardements
il est environ 21 heures 50 ce 25 mars 1944. c'est une soirée tranquille, autant que ça puisse l'être.
Soudain, des grondements dans le ciel. Des bombardiers de la RAF (Royal Air Force) approchent.
En quelques secondes, les premières bombes tombent et les habitants comprennent.....
ces avions bombardent toutes la zone du chemin de fer, les ateliers, le triage, les voies et les logements, de Bachant jusqu'à Monceau-Saint-Waast.
Le bombardement dure environ 45 minutes. Des milliers de bombes lâchées.
On dénombre 84 victimes à Bachant, des cheminots et leurs familles ( parents, épouses, enfants), des métallots, des retraités...
les baraquements en bois de la SNCF sont quasi à l'état de ruine.
Quelques jours plus tard, nombre de ces victimes sont enterrés au Nouveau Cimetière de Bachant.

Le mardi 11 mars, lendemain du lundi de pâques. Il fait nuit, il est environ 2 heures 20 de matin. De nouveau, les avions.
Beaucoup d'habitants dorment, d'autres travaillent. Pendant 30 minutes, les bombes détruisent.
Le bombardement fait 4 victimes à Bachant ( cette fois, c'est Leval qui est la commune la plus touchée avec 20 morts et Pont Sur Sambre avec 13 morts).
Entre autre, le nouveau cimetière est touché. Certaines tombes sont abîmées, il faudra remettre en terre quelques cercueils.

 

La résistance

Beaucoup supportent mal l'occupation. La résistance s'organise, que ce soit en réseau ou de manière individuelle.
Sabotages des machines à vapeur ou sur les voies de chemins de fer, changement des étiquettes sur les wagons, sabotages dans les usines, tout est imaginé pour désorganiser et déstabiliser l'occupant, malgré le danger.
Certains habitants de la commune l'ont payé de leur vie.
Citons Edmond Havret, mort sous la torture à la prison de Loos quelques jours après son arrestation et Paul DANIS, mort en déportation fin 1944.
Tout deux étaient cheminots, appartenaient au même réseau, l'un chef de canton principal ( E.HAVRET), l'autre cantonnier( P.DANIS). Ils ont été arrêtés à leur domicile très tôt le 20 juillet 1943 sur dénonciation après le sabotage de Sassegnies le 1er juillet, sabotage qui a fait, selon les sources 13morts 9 blessés, ou 9 morts 13 blessées. Certains parlent de 50 morts parmi les douaniers Allemands de retour de permission.
Ou encore Maurice POIRETTE, mort fusillé au Fort du Vert Galant à Wambrechies ( appelé aussi Fort de Bondues), c'était un Metallo arrêté et fusillé parce qu'il portait une arme.


Cécile BARA

 

 

 

 

Actualités

Inscription à la cantine

cant

Inscription à la cantine

En savoir plus...

Les sorties du C.C.A.S.

ccas

Les sorties du C.C.A.S

En savoir plus...

Collecte des déchets verts

collecte

Collecte des déchets verts

En savoir plus...

Calendrier des consultations infantiles

consult

Calendrier des consultations infantiles

En savoir plus...

Halloween

hallow

Halloween

En savoir plus...

Marché Bio

marche

Marché Bio

En savoir plus...

Marché de Noel

noel

Marché de Noel

En savoir plus...

Inscription au périscolaire

peri

Inscription au périscolaire

En savoir plus...

Agenda

Novembre, 2017
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30